• l'Hivers

    Dans l’interminable
    Ennui de la plaine,
    La neige incertaine
    Luit comme du sable.

    Le ciel est de cuivre
    Sans lueur aucune,
    On croirait voir vivre
    Et mourir la lune.

    Comme des nuées
    Flottent gris les chênes
    Des forêts prochaines
    Parmi les buées.

    Le ciel est de cuivre
    Sans lueur aucune.
    On croirait voir vivre
    Et mourir la lune.

    Corneille poussive
    Et vous, les loups maigres,
    Par ces bises aigres
    Quoi donc vous arrive ?

    Dans l’interminable
    Ennui de la plaine
    La neige incertaine
    Luit comme du sable.

    Paul Verlaine, Romances sans paroles (1874)


  • Commentaires

    1
    Vendredi 6 Octobre à 18:27

    Bonjour,

    C'est un beau poème. :)

    Bonne fin de journée.

    2
    Samedi 7 Octobre à 06:24

    Merci c'est gentil ;)  Paul Verlaine a toujours été pour moi une grande source d'inspiration <3

    3
    Lundi 9 Octobre à 12:01

    Hésite pas à partager tes pensées ici avec moi je me ferais plaisir à répondre merci encore ;)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :