• Il est des cœurs doux comme la mer balayée par la légère brise du Matin dont la musique éveille les sens,

    Il est également des coeurs légers comme le grain de sable qui s'envole ailleurs ...  pour oublier, au loin de tout,

    Il est des coeurs perturbés tel le temps qui ne savent plus où mettre les pieds .. et qui de leur tour d'ivoire ne veulent que dominer ...

    Il est des coeurs emplient de chagrin qui ne savent plus comment s'égayer et ce n'est qu'en les prenant par la main qu'ils sourient de nouveau,

    Tel le vent caressant doucement les feuilles d'un chêne, tel le soleil  éclairant doucement le monde, tel la mer qui vient doucement rafraîchir la terre, les montagnes surplombant notre univers ... 

    Notre esprit s'imagine entouré par de charmantes fleurs comme si c'était un paradis et là il se repose ..

    ~Tsaryn~


    votre commentaire
  • Tu as toujours été mon plus grand amour et aujourd'hui tu es mon plus grand chagrin"

     

     

    -Tsaryn-


    votre commentaire
  • "Je voulais sauver le monde cet endroit magnifique ... mais je savais si peux de choses en ce temps là .. C'est une terre de magie et de merveille digne en tout points qu'on l'a chérisse .. Mais plus on s'en rapproche .. plus on voit la noirceur qui l'habite ... Face à la réalité faire le bon choix est bien plus compliqué qu'on ne le pense .. Je l'ai appris à mes dépends .. Il y a bien bien longtemps .. Maintenant je ne serais plus jamais la même .. " Tsaryn

    votre commentaire
  • Dans l’interminable
    Ennui de la plaine,
    La neige incertaine
    Luit comme du sable.

    Le ciel est de cuivre
    Sans lueur aucune,
    On croirait voir vivre
    Et mourir la lune.

    Comme des nuées
    Flottent gris les chênes
    Des forêts prochaines
    Parmi les buées.

    Le ciel est de cuivre
    Sans lueur aucune.
    On croirait voir vivre
    Et mourir la lune.

    Corneille poussive
    Et vous, les loups maigres,
    Par ces bises aigres
    Quoi donc vous arrive ?

    Dans l’interminable
    Ennui de la plaine
    La neige incertaine
    Luit comme du sable.

    Paul Verlaine, Romances sans paroles (1874)


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique